Les bénéfices d’une amélioration globale de la qualité de l’air intérieur dans les bâtiments

Les bénéfices d’une amélioration globale de la qualité de l’air intérieur dans les bâtiments

Une amélioration globale de la qualité de l’air intérieur (QAI) dans les bâtiments est un objectif essentiel pour préserver notre santé et notre bien-être. En effet, nous passons en moyenne 90% de notre temps à l’intérieur (domicile, bureaux, lieux publics…), ce qui fait de la QAI une préoccupation majeure pour notre confort et notre hygiène de vie. Dans cet article, nous vous présenterons les principaux bénéfices d’une meilleure QAI, ainsi que les enjeux liés au confort thermique et à l’utilisation des équipements et technologies dédiées.

Une meilleure santé pour les occupants

L’un des principaux bénéfices d’une amélioration globale de la QAI dans les bâtiments est la réduction des risques pour la santé des occupants. Une mauvaise qualité de l’air intérieur peut causer divers symptômes et maladies, tels que:

  • irritations des yeux, du nez et de la gorge,
  • maux de tête,
  • fatigue,
  • allergies,
  • asthme,
  • maladies respiratoires,
  • problèmes cardio-vasculaires,
  • voire des cancers.

En améliorant la QAI, on réduit donc l’exposition aux polluants et allergènes, et on favorise un environnement sain et sécuritaire pour les occupants.

Un plus grand confort et bien-être

Une bonne qualité de l’air intérieur est également synonyme de confort et de bien-être. Un air sain et purifié permet de:

  • limiter les odeurs désagréables,
  • réduire la sensation de confinement et d’étouffement,
  • favoriser un air ambiant agréable et frais.

De plus, en améliorant la QAI, on optimise également le confort thermique, en assurant une température adéquate et une homogénéité de la chaleur dans les différentes pièces du bâtiment. Ceci permet d’éviter les désagréments liés aux variations de température ou aux courants d’air. Enfin, un bon confort thermique et une QAI optimisée contribuent à un meilleur sommeil, à une bonne concentration et à une réduction du stress.

Lire aussi :  Conception environnementale pour un bâtiment sain les bonnes pratiques à suivre

Une réduction des coûts énergétiques et d’entretien

L’amélioration de la QAI passe souvent par une optimisation des systèmes de ventilation et de chauffage/climatisation. Ceci permet non seulement de garantir un air sain, mais également de réaliser des économies d’énergie et de réduire les coûts d’entretien des équipements. En effet, un système performant et bien entretenu consomme moins d’énergie, dure plus longtemps et nécessite moins de maintenance. De plus, il est possible de bénéficier d’aides financières (subventions, crédits d’impôt…) pour la rénovation énergétique et l’amélioration de la QAI.

Une valorisation immobilière et une meilleure attractivité

Un bâtiment qui offre une bonne qualité de l’air intérieur et un confort thermique optimal est plus attractif pour les occupants et les investisseurs. La QAI est devenue un critère de choix de plus en plus important pour les acheteurs et locataires, qui sont prêts à payer plus cher pour un espace sain et confortable. De même, les entreprises sont soucieuses de la qualité de l’air et du confort de leurs employés, car cela contribue à leur bien-être et à leur productivité. En investissant dans l’amélioration de la QAI et du confort thermique, on augmente donc la valeur immobilière du bâtiment et on renforce son attractivité sur le marché.

Les équipements et technologies pour améliorer la qualité de l’air intérieur

Il existe plusieurs équipements et technologies pour améliorer efficacement la QAI dans les bâtiments. En voici quelques exemples:

  • Les systèmes de ventilation mécanique contrôlée (VMC) permettent de renouveler l’air intérieur et d’évacuer les polluants. Ils peuvent être simple flux (extraction d’air vicié) ou double flux (insufflation d’air neuf et extraction d’air vicié).
  • Les purificateurs d’air sont capables de filtrer et éliminer les particules fines, les allergènes, les composés organiques volatils (COV) et d’autres polluants. Ils utilisent des filtres HEPA, des filtres à charbon actif ou des systèmes de photocatalyse.
  • Les déshumidificateurs et humidificateurs permettent de réguler l’humidité ambiante, réduisant ainsi les risques de moisissures et de prolifération de bactéries.
  • Les thermostats et régulateurs permettent de contrôler et d’optimiser le confort thermique, en ajustant la température et la diffusion de la chaleur en fonction des besoins et des préférences des occupants.
  • Les systèmes domotiques et la gestion technique du bâtiment (GTB) facilitent le contrôle et la supervision des équipements de ventilation, de chauffage et de climatisation, en assurant une gestion optimisée de la QAI et du confort thermique.
Lire aussi :  Systèmes de traitement de l'air : les différents types et leur fonctionnement

Tous ces équipements et technologies, combinés à une conception architecturale adaptée et à des matériaux de construction sains, permettent de garantir une amélioration globale de la qualité de l’air intérieur et du bien-être des occupants.

leo